Algérie adopte une loi anti-conversion

Publié le par matil2

Le parlement d’Algérie, pays où l’islam est religion d’Etat, a adopté lundi une loi prévoyant des peines de prison pour les tentatives de "convertir un musulman à une autre religion"

La loi a été adoptée lundi par le Conseil de la nation (sénat) après avoir été approuvée le 15 mars par l’Assemblée populaire nationale (APN, chambre basse).

Elle prévoit des peines de 2 à 5 ans de prison et une amende de 500.000 à 1.000.000 de dinars (5.000 à 10.000 euros environ) contre toute personne qui "incite, contraint ou utilise des moyens de séduction tendant à convertir un musulman à une autre religion".

La loi prévoit des sanctions similaires contre toute personne qui "fabrique, entrepose, ou distribue des documents imprimés ou métrages audio-visuels ou tout autre support ou moyen, qui visent à ébranler la foi musulmane".

Ainsi, publier la Bible ou dire sa foi chrétienne en dehors d’une église devient un délit.

Le texte interdit l’exercice du culte autre que musulman en "dehors des édifices prévus à cet effet et subordonne l’affectation des édifices pour l’exercice du culte à l’obtention d’une autorisation préalable".

La loi - directement anti-chrétienne - a pour objectif principal "l’interdiction du prosélytisme et des campagnes clandestines d’évangélisation", a avoué sans honte le responsable de la communication du ministère des Affaires religieuses, Abdellah Temine.

La communauté catholique, "très largement constituée d’étrangers, est la principale minorité religieuse en Algérie", selon M. Temine

Elle compte actuellement moins de 11.000 âmes - contre plusieurs centaines de milliers avant l’indépendance en 1962 -, dont quelque 110 prêtres et 170 religieuses, répartis en une centaine d’endroits du territoire algérien.

Publié dans Algérie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article